Fdsea28
Accueil > Actualités

Un hold-up inacceptable sur les soutiens à l'agriculture !

Webmaster
Le 04/08/2017 à 10:30 I Soyez le 1er à déposer un commentaire

Jean-Michel Gouache, président de le FDSEA d'Eure-et-Loir et Florent Leprêtre, président de la FDSEA du Loir-et-Cher, réagissent au transfert de 4,2% du pilier I de la PAC vers le pilier II.

Michel Audiard, célèbre dialoguiste pour le cinéma français, a dit un jour : « Les conneries c'est comme les impôts, on finit toujours par les payer ». Si venant d'Audiard cette citation fait sourire tout le monde, la prendre au premier degré devient tout de suite moins drôle. C'est pourtant ce qui est en train d'arriver pour nos aides PAC.

Nous pensions avoir tout vu de la gestion à la Le Foll. Mais c'est certainement son amour du travail bien fait qui l'a poussé à en laisser pour les suivants. Et c'est du lourd, un « petit héritage » sous forme d'énorme ardoise de 853 millions d'euros ! 

Car contrairement aux engagements écrits en 2013 par François Hollande, le précédent gouvernement a sciemment fait l'impasse sur le financement, en 2019 et 2020, d'une grande partie des mesures de développement rural de la PAC : agriculture biologique, MAEC, assurances et surtout l'ICHN.

Pour sortir de cette impasse, plutôt que d'honorer la continuité de l'engagement de l'Etat en trouvant les ressources nécessaires sur le budget national, Stéphane Travert annonce un prélèvement de 4,2 % sur les soutiens directs perçus par les agriculteurs. 

La chambre d'agriculture n'a pas traîné à faire les calculs : la région Centre-Val de Loire va perdre 25 millions d'euros par an jusqu'en 2020, dont 3 pour le Loir-et-Cher et 4,8 pour l'Eure-et-Loir. Tous les hectares de SAU de la région seront ainsi grevés d'environ 11 euros. L'exploitation moyenne de nos deux départements ne s'en sortira donc pas en dessous de 1000 euros …

Après une récolte 2016 catastrophique, que celle de 2017 ne suffira pas à compenser, des versements d'aides PAC à la traîne, des crises à répétition, ce prélèvement est tout simplement inacceptable. 

Avant l'annonce du ministre, voyant le vent venir, nous avons alerté nos députés afin qu'ils fassent pression, au maximum, sur le gouvernement. Nous tenons à les remercier de leur mobilisation, car si nous sommes totalement contre ce transfert de 4,2% entre les deux piliers de la PAC, il faut malgré tout avoir conscience que nous avons risqué un transfert potentiel de … 11,7% ! 

Nous voulons en finir avec l'amateurisme gouvernemental que nous connaissons depuis trop longtemps. Nous voulons de l'ambition et des résultats. Bien sûr, la nouvelle équipe ne fait pour l'instant qu'hériter de la mauvaise gestion passée. Mais à l'heure du lancement des Etats Généraux de l'Alimentation, comme sur d'autres chantiers ouverts, il s'agit désormais d'avancer concrètement sur nos revendications de toujours : les prix payés aux producteurs, la simplification, la fiscalité, le retour à la compétitivité….

Facebook     Imprimer cet article

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Fdsea28.fr
DERNIERES NEWS